LA MANIPULATION MENTALE

La manipulation mentale regroupe divers procédés par lesquels il est possible de provoquer un nouveau comportement chez une personne afin de l'amener à une conduite déterminée.

Nous sommes tous les jours en présence de personnes désireuses d'influencer notre opinion et nos actions (le publicitaire, par exemple) mais notre intégrité mentale nous permet de filtrer les informations et faire notre propre sélection.

Loin d'employer des méthodes douces, la manipulation mentale sectaire est un conditionnement de type coercitif agissant sur l'affect, la cognition, l'instinct, l'étique et annihilant les capacités conscientes et intellectuelles, la volonté et le libre arbitre. Ces pouvoirs, qui permettent à l'homme de se déterminer, d'opérer des choix, de juger et de se préserver.

Cette conversion forcée a pour but l'obtention d'une «enveloppe vide», d'un automate dénué de réflexion, de tout esprit critique, incapable de discerner l'enfermement qu'il subit mais affichant une apparente certitude, illusion bien loin de la réalité, d'adhésion volontaire, de liberté et de bien-être.

Cette attitude des victimes, façonnée par la secte, véhicule un message rassurant pour les individus «normaux» et «équilibrés» et atténue l'impact des mises en garde en semant le doute parmi la population profane sur la véracité des alertes et des dangers exprimés sur les groupes sectaires.

Si le monde sectaire était si paradisiaque, il n'aurait nul besoin de subterfuges, de techniques d'affaiblissement, de drogues, d'user de la culpabilité, de la peur voire de la paranoïa et de faux souvenirs induits pour embrigader et retenir les individus.

Vu de l'extérieur, tout laisse à penser que pour croire aux inepties véhiculées par certains mouvements ou pour adopter des comportements aberrants que toute personne sensée refuserait, il faut être naïf, simple d'esprit ou extrêmement fragile.

Cette perception est d'autant plus renforcée par des témoignages «d'ex-adeptes» qui insistent également sur le fait d'engagement volontaire et sans contrainte.

Mais les spectateurs ne sont les témoins que du résultat consécutif à la manipulation mentale sans en connaître toutes les étapes passées et toutes les techniques employées, ignorées, le plus souvent, par les victimes elles-mêmes.

S'il est vrai que des jeunes malléables et des individus rendus vulnérables par leur situation personnelle, professionnelle ou médicale peuvent être attirés par divers artifices et piégés par un mouvement sectaire qui profite de leur détresse, des personnes heureuses dans leur cadre de vie, aux relations harmonieuses avec leur entourage et loin d'être intellectuellement démunies se trouvent également prises dans les filets sectaires.

Pour obtenir la conversion d'un individu, il convient de déceler la faille exploitable (en recherche, en échec, en doute, en souffrance, en peur) et l'utiliser.

Si aucune faiblesse n'est détectée ou lorsqu' elle est insuffisante pour permettre «l'accroche» , certaines sectes abandonnent mais d'autres, pour parer à cet obstacle majeur et embrigader les sujets récalcitrants, savent créer de toutes pièces une insatisfaction, un manque, un besoin, une douleur afin d'amener leurs victimes à changer d'idées et de comportement.

Le recours à des méthodes qui ne laissent pas de traces (manque de sommeil, nourriture carencée et frugale voire privation totale d'aliments, confessions publiques, isolement, position douloureuse, hypnose, etc.) permettent d'obtenir la soumission recherchée.

Ces traitements subtilement masqués et prodigués à l'insu des victimes provoquent la désorientation mentale, l'effondrement de la résistance physique et psychique, des états dépressifs et irritatifs, des hallucinations, une modification des émotions, une incapacité à raisonner.

Difficile alors de croire qu'il ne s'agit que d'attrape-nigauds, que ces profonds changements ne peuvent intervenir qu'à la suite d'un mal-être et que tous les engagements se font de façon tout à fait délibérée.

Le conditionnement mental sectaire isole, enferme et contraint les victimes.

Un passé relu, des évènements réinterprétés, des souvenirs revisités, une marionnette aux sensations permutées, aux attitudes remaniées et aux pensées formatées naît peu à peu.

L'obéissance, la métamorphose et l'adhésion des victimes ne sont plus la conséquence d'un choix autonome même si elles sont convaincues que toutes leurs décisions sont fondées sur leurs préférences propres. Conduite qui dénote une manipulation mentale totalement dissimulée et réussie.

Une manipulation mentale dépend de maintes variables inhérentes à l'état physique et psychique du sujet et aux connaissances qu'il a des procédés de mise en état de sujétion, à la capacité du manipulateur de s'adapter à la personnalité de l'individu qu'il veut manipuler, à sa possibilité de renouveler les «contacts» , à sa maîtrise des techniques de conditionnement, à sa connaissance des produits utilisés et à sa détermination de briser cet être pensant.

Dans les tentatives d'emprise mentale, les drogues, les pressions et les techniques réitérées peuvent provoquer de graves troubles physiques et/ou psychiatriques voire aboutir à la mort du sujet.

La fréquentation des membres du mouvement, les réunions, les lectures et les rituels permettent de maintenir la manipulation qui perdure par cet entretien régulier.

Restaurer le discernement reste un acte délicat.

Il est complexe d'amorcer le processus de rejet d'un groupe sectaire.

De fait, invérifiables, il est difficile de démonter à force d'arguments les croyances nocives dans lesquelles les personnes manipulées sont emmurées mais aucune méthode d'assujettissement n'est infaillible et ne débouche assurément sur le contrôle total et permanent des victimes.

Dans tous les cas, le maintien d'un lien affectif et d'une écoute permet aux victimes de garder une relation avec l'extérieur.

Les multiples combinaisons factorielles ne permettent pas d'instaurer assurément une recette de déconditionnement. Chaque histoire est particulière et doit être traitée spécifiquement.

" Les sectes ont mis au point, de manière empirique, des protocoles de conditionnement mental. Le protocole parfait ne semble pas exister. Cependant, les exemples passés ou récents de la soumission totale de l'adepte sont fréquentes et assez éloquentes pour ne laisser aucun doute sur l'efficacité des protocoles découverts et appliqués de façon empirique.
Les techniques appliquées aujourd'hui ne réussissent pas à créer immanquablement le robot parfait, mais elles se révèlent suffisamment efficaces et dangereuses pour qu'on les étudie et qu'on les dénonce " 1

Sources :

1 Jean-Marie ABGRALL, LA MÉCANIQUE DES SECTES,

ISBN 2 228 89505 9