LES TECHNIQUES D’AFFAIBLISSEMENT ET DE CONDITIONNEMENT   

Si l’idée même qu’un automate puisse naître à la suite d’un conditionnement semble inconcevable, il n’est qu’à constater la transformation radicale de gens intelligents, d’un niveau culturel et scientifique élevé, autonomes, expérimentés, en individus s’abandonnant à des absurdités, à des aberrations dignes de "gogos ", en êtres différents, incapables de remettre en cause des inepties et des théories irrationnelles.

Un moment difficile de la vie engendrant une période de vulnérabilité n’explique pas ce total et soudain manque de discernement.

Une telle transformation est souvent le fruit de l’association de techniques d’affaiblissement physique et psychique annihilant l’esprit critique, aboutissant à un épuisement de l’individu et anéantissant les résistances et les censures des sujets les plus récalcitrants.

L’HYPNOSE  

L’hypnose, un nom assorti de controverses.
Certains praticiens crient haut et fort que la mise sous hypnose ne peut se faire qu’avec l’accord et la confiance du sujet et que les suggestions en désaccord avec les tendances fondamentales de la personnalité sont immédiatement rejetées. Ils maintiennent qu’une personne hypnotisée n’est pas sous emprise, qu’elle ne perd pas conscience, garde ses capacités de contrôle et un esprit critique et n’obéit jamais, contre sa volonté, aux ordres d’un hypnotiseur, même le plus réputé et ne peut pas commettre de vols ou de meurtres si elle n’a pas déjà des prédispositions latentes.

D’autres, en revanche, affirment qu’il est possible pour un hypnotiseur de soumettre un individu à sa volonté.

Son utilisation bénéfique, constructive et positive lorsqu’elle est au service de praticiens compétents, sans intentions malveillantes et soucieux d’apporter un soulagement à leurs patients ne doit pas faire oublier son emploi dans un dessein délibéré et ce, nettement moins honorable, de tirer profits et avantages de personnes sans se préoccuper des graves conséquences tant physique que psychique qui peuvent en résulter.

L’hypnose, ni bonne ni mauvaise en soi, ne vaut que par l’usage qu’en fait son utilisateur.

L’hypnose de scène ravit les spectateurs, l’hypnose médicale est utilisée avec succès dans le cadre de soins, d’atténuation de souffrances physiques et d’opérations, les sectes, quant à elles, apprécient son efficacité et l’emploient pour conditionner leurs victimes.

L’hypnose est un état physiologique naturel, tout individu y compris le plus sceptique et le plus incrédule peut y accéder.

"Toute personne capable de dormir est hypnosensible ". 1

La mise sous hypnose peut être faite à l’insu des individus.  

"Que se passe-t-il dans l’antre d’un sexologue hypnotiseur " ? "Rien de secret, ni de spectaculaire, certains patients ne savent même pas que je pratique l’hypnose avec eux… " 2

"Tout être humain peut être hypnotisé, quelque soit son degré de résistance, et même, sans qu’il se rende compte des manœuvres dont il est l’objet : tout, en ce domaine, est question de technique et de tactique.
Toute personne normale est hypnotisable par une méthode ou une autre, par un opérateur à défaut d’un autre, même contre son gré et à son insu…N’importe qui peut donc tomber sous la coupe d’un être sans scrupule et risquer d’être transformé en robot capable d’exécuter des actions répréhensibles, dangereuses pour lui-même ou pour autrui.
le Professeur Liégeois recommandait à toute personne de ne se laisser jamais hypnotiser sans un témoin choisi et inspirant une confiance absolue. Les plus grands dangers peuvent être courus par tous ceux qui négligeraient cette règle de prudence.

On constate que aussi bien dans les livres spécialisés qu’au cours d’émissions télévisées, les spécialistes de l’hypnose ne cessent de soutenir la thèse de l’automatisme relatif qui tend à minimiser le danger des pratiques hypnotiques, considérées comme ne pouvant intervenir à l’insu des sujets. Je suis persuadé que ces praticiens ne peuvent pas ne pas être conscients de la fausseté de leurs affirmations. S’ils les multiplient c’est manifestement, dans le but de rassurer à la fois le public et leurs sujets.

Mais, dans un domaine aussi sensible, où quotidiennement la liberté individuelle et les droits les plus sacrés de l’individu peuvent être menacés, est-il légitime de chercher à rassurer, alors que des mises en garde sérieuses pourraient permettre à certains de faire face efficacement à des dangers réels ? " 3

Pour pallier à la réticence et aux barrières défensives que peut représenter la simple évocation du mot hypnose, d’autres termes sont employés pour la désigner et l’induction hypnotique est cachée derrière des opérations semblant anodines pour le profane.

Le phénomène hypnotique apparaît en réponse à des stimuli verbaux, visuels ou kinesthésiques (langage métaphorique, ton de la voix, fixation de l’attention sur un objet, une image, concentration sur la respiration, répétition d’un mouvement, d’un mot, d’une phrase, d’un son, etc.) et il est favorisé par certains facteurs (le jeûne, l’alimentation frugale et carencée, le manque de sommeil, la fatigue, la relaxation, la musique, certaines couleurs, l’absence de repères connus, etc.).

Il convient à l’hypnotiseur d’ajuster son langage, son phrasé, ses expressions, sa posture à l’autre et d’utiliser les centres d’intérêt, les valeurs et le mode de fonctionnement de son interlocuteur pour induire un climat positif favorable, une atmosphère sécurisante et établir un lien de confiance et de sympathie.

"Si la volonté et le sentiment s’opposent, ce dernier l’emportera ." 1

Mais un climat de méfiance n’empêchera pas la mise sous hypnose. L’obstacle sera simplement contourné.

Milton H. Erickson rappelle que "les individus sont différents les uns des autres et qu’il serait faux de conclure à l’impossibilité d’une hypnotisation parce qu’une technique a échoué. La seule conclusion possible est qu’avec cette méthode, la personne n’est pas hypnotisable.
L’approche doit être individualisée en tenant compte des différences individuelles et des cadres de référence propres au sujet. " 4 

Le succès ou l’échec provient des facultés de l’hypnotiseur à utiliser, à combiner et à masquer les différentes méthodes et de sa capacité d’adaptation aux différents tempéraments et à la personnalité de chacun.

Au cours de l’hypnose légère, un état de détente s’installe, le conscient reste actif.
En approfondissant la transe hypnotique, l’activité consciente diminue jusqu’à l’obtention d’un conscient tout à fait inactif qui n’interfère plus.

L’hypnotisé exécutera d’éventuelles suggestions illogiques. Réveillée, la personne ne se souvient de rien (amnésie de la séance). Mais à l’état d’éveil, le sujet obéira à d’éventuels ordres post hypnotiques (suggestions données sous hypnose et exécutées ultérieurement, à un moment donné à l’état d’éveil).

"Certains narcotiques provoquent l’hypnose. Ils seront utilisés non pas pour anesthésier mais pour produire une parfaite décontraction…Le but est de restreindre le champ de la conscience, d’augmenter la suggestibilité du sujet et d’éliminer les obstacles dus aux inhibitions conscientes. " 1

"Peut-on manipuler quelqu’un sous hypnose ?
Et bien oui, l’hypnose permet de manipuler… et c’est bien là ce qui la rend efficace ! " 5

Milton H. Erickson déclarait : "On m’a accusé de manipuler les patients, ce à quoi je réponds : toute mère manipule son bébé, si elle veut qu’il vive. (Elle lui apprend même à pouvoir rentrer dans le langage de la manipulation). Chaque fois que vous allez dans un magasin, vous manipulez l’employé pour qu’il vous fasse un prix. Et quand vous allez au restaurant, vous manipulez le serveur. Le professeur à l’école vous manipule pour vous apprendre à lire et à écrire. Bref, la vie n’est qu’une gigantesque manipulation. " 5

Cependant, la "manipulation " commerciale ou destinée à l’éducation des enfants diffère d’un conditionnement sous hypnose où le sens critique est affaibli ou inexistant.

L’hypnose est un état modifié de la conscience et entraîne une propension accrue à la suggestion et selon Freud une paralysie de la volonté.
Sous hypnose, divers phénomènes peuvent apparaître, comme la diminution ou la totale inactivité du conscient, l’anesthésie, la paralysie, la rigidité musculaire, des modifications vaso-motrices, la modification de la mémoire et des souvenirs, la dissociation des souvenirs et des sentiments et émotions associés, le rattachement des souvenirs avec de nouveaux sentiments et émotions, les faux souvenirs induits, la perte d’identité, l’amnésie partielle ou totale de la séance, la distorsion du temps, les altérations sensorielles, les productions d’hallucinations, la régression en âge, la possibilité d’ancrer des suggestions post hypnotiques.

"Ces caractéristiques montrent la puissance que peut avoir l’emploi de la méthode hypnotique mais aussi les abus possibles du fait, que sous hypnose, l’opérateur manipule les idées, les affects et le comportement des sujets. " 6  
"La suggestion est le moyen de créer dans le subconscient d’une autre personne une image d’une idée donnée. C’est le procédé infaillible pour influencer les sentiments, les jugements et la volonté. " 1

La suggestion, pour avoir un effet, doit contourner les résistances du sujet. Elle ne doit pas heurter de front la personnalité de l’hypnotisé mais l’amener à adopter le comportement et les réactions souhaités.

D’habiles manœuvres seront utilisées à cet effet.

" Si je vous dis par exemple "allez assassiner votre père", vous ne le ferez jamais. Par contre, si je pratique plusieurs séances d'hypnose sur vous et que j'installe un doute sur votre père à la première séance, je vous amène à vous poser des questions. Dans la deuxième séance, je vais un peu plus loin dans le doute. Et puis à la vingtième ou trentième séance, je vous dirai : "allez assassiner votre père parce qu'il n'y a que vous qui savez ce qu'a fait votre père" (pendant la guerre ou autre ou enfin ce qu'on aura inventé).
C'est ce que pratiquent toutes les sectes.
Les sectes poussent à se suicider, poussent à assassiner."
7

" En 1947, un chercheur américain nommé Watkins a fait des expériences concluantes, sur des soldats. Considérant que le fait de frapper un officier supérieur rend l’auteur de l’agression passible du conseil de guerre, il voulait vérifier s’il était possible d’amener un soldat normal, à la personnalité stable, en bonne santé et parfaitement équilibré, à courir ce risque redouté de tous. Un soldat sélectionné selon ces normes fut mis en transe hypnotique. On le plaça en face d’un officier, en lui suggérant qu’il s’agissait d’un soldat japonais dangereux et armé qui s’apprêtait à le tuer. Le soldat bondit et saisit l’ennemi fictif à la gorge. Il fallut trois hommes pour lui faire lâcher prise. " 3

Le Professeur Liégeois a démontré, de par ses expériences que des crimes pouvaient être commis au moyen de l’hypnose.

" Tendant au sujet en transe un paquet contenant une poudre blanche, l’opérateur affirme qu’il s’agit d’une dose mortelle d’arsenic. Après l’avoir convaincu, qu’une personne qu’il lui désigne mérite sa haine, il lui dit : " En sortant d’ici vous irez chez cette personne à telle adresse et vous verserez le contenu de ce paquet dans un verre que vous lui offrirez " . Le soir même la personne désignée apprend à l’expérimentateur que tout s’est passé exactement comme il l’avait commandé. Le sujet ne se souvient de rien, et proteste avec indignation lorsqu’on lui reproche d’avoir tenté d’assassiner une personne qu’il estime. " 3
" Les personnes hypnotisées ignorent la motivation de leurs actions (ordre post hypnotique), et elles sont fermement convaincues de leur libre décision. Elles nieront toute intervention suggestive. " 1

Un exemple classique de suggestion post hypnotique : " Pendant une séance d’hypnose, l’hypnotiseur demande à un sujet de se rendre à telle heure, à tel endroit, et une fois sur place, d’ouvrir trois fois son parapluie. Le lendemain, l’observateur constate que le sujet est au lieu dit, à l’heure dite et qu’il ouvre son parapluie. Il fait ce qui lui a été induit, la veille, par suggestion. Le plus curieux, c’est que si on demande au sujet, pourquoi il agit ainsi, il trouvera toutes sortes de bonnes raisons pour justifier son comportement. " 6

L’expérience suivante montre la domination que peut exercer un ordre post hypnotique sur la volonté.

" Le célèbre psychologue américain, G. H. Estabrooks, expert en matière d’hypnose, suggéra à une personne :
" À un signal donné, vous irez vers la fenêtre. Voyez le jeu de cartes sur le rebord. Sortez-en l’as de pique. Donnez-le à l’hypnotiseur. "
Le sujet hypnotisé était un étudiant en psychologie, très érudit en matière d’hypnotisme. Le résultat fut le suivant.
Il alla vers la fenêtre, prit le jeu de cartes, se retourna et dit :
" Voici ma conviction : c’est un ordre post hypnotique ! "
" Et que vouliez-vous faire ? " demande l’hypnotiseur.
" Je voulais prendre le jeu de cartes et vous donner l’as de pique. "
" Exact. Il s’agit bien d’une suggestion post hypnotique.
- Et maintenant ? "
" Je n’exécuterai pas l’ordre. "
" Bien. Mais, je fais le pari : vous ne pourrez vous y soustraire. "
" Je le tiens. "
Le résultat fut très intéressant. Le groupe demeura 2 heures dans la salle. De temps en temps, le sujet se dirigeait vers la fenêtre ; revenait sur ses pas, angoissé, persuadé de ne pas pouvoir s’exécuter. Les 2 heures écoulées, le professeur déclara :

" Vous avez gagné le pari ! "
Mais, dans l’après-midi du même jour, il se passa un fait étrange. La force de l’ordre hypnotique tracassait l’étudiant. L’obligation d’obéir devint tourmente, idée fixe. Il exécuta l’ordre.
Cette expérience démontre que la puissance de l’influence hypnotique sur le subconscient d’un être normal et sain, est incommensurable. " 1

Les futures mises sous hypnose d’un sujet seront faciles et rapides, si au cours de la première séance, un " mot codé" , qui déclenchera automatiquement l’hypnose, est implanté dans son subconscient.

Ce " mot codé " , qui sous hypnose se transforme en ordre post hypnotique, peut être un mot ou une phrase orale ou écrite, un son, une musique, une couleur, un symbole, une médaille, un signe quelconque.

Au moyen de ce " signal " , il sera alors également possible de provoquer une hypnose par téléphone, en laissant un message sur le répondeur, à l’écoute d’une cassette ou à la lecture d’une lettre.

Sous hypnose, une personne peut parler, dialoguer et écrire sans en avoir le souvenir à l’état d’éveil.

Des documents (donations, procurations, legs, etc.) peuvent ainsi être signés sans en avoir conscience.

" Il ne fait aucun doute pour la plupart des spécialistes qu’un conditionnement de l’inconscient, à l’insu du conscient, est possible. Il peut être le fait de groupes partisans ou criminels, qui trouvent là un moyen de s’attirer des complicités qu’ils ne pourraient obtenir autrement.
Cela va de la simple tentative de manipulation au projet plus complexe d’hypnotisation à long terme, souvent pour des raisons peu avouables. Dans tous les cas, il est question de provoquer des états de conscience modifiés, qui ont pour effet de diminuer la perception consciente du sujet afin d’atteindre son subconscient. Le but recherché est ouvertement de modifier le comportement humain en court-circuitant autant que possible toute censure consciente.

C’est ainsi que procèdent parfois certains groupes religieux sectaires, mais aussi des mouvements terroristes pour convaincre leurs membres de se sacrifier comme kamikazes… " 8

Les victimes d’une hypnose négative rencontrent bon nombre de difficultés pour sortir de leur prison aux barreaux invisibles.

L’hypnose pratiquée à leur insu, l’amnésie des séances, l’oubli des suggestions, ou plus exactement dans ce contexte des injonctions qui peuvent durer plusieurs années, perturbent et entravent les réactions de défense.

Leur comportement, leurs actions, leurs propos peuvent n’être que le résultat du conditionnement sous hypnose.

Des expériences ont démontré que des sujets pouvaient obéir avec une précision étonnante (au jour près et à la minute près) à un ordre post hypnotique donné un an auparavant.

Les limites de l’hypnose se trouvent dans l’éthique et les intentions de ne pas nuire des hypnotiseurs sérieux, mais parfois, dans la mort lorsque les opérateurs n’ont d’autre but qu’une domination destructrice et usent de tous les moyens pour parvenir à leurs fins.

" Sous hypnose, il est possible d’influencer négativement des maladies d’ordre fonctionnel ou de graves perturbations organiques ." 1

Des souffrances et des phobies peuvent être également créées.

La perte de contrôle d’une telle manipulation peut déboucher sur une grave maladie ou le suicide du sujet.

L’hypnose fonctionne d’autant mieux qu’elle est pratiquée à l’insu de l’individu. La très grande méconnaissance de ce procédé favorise son emploi. L’hypnotiseur ne rencontre alors que très peu ou pas de résistance.

La meilleure prévention consiste à connaître les techniques d’induction hypnotique et les symptômes associés afin que la mise sous hypnose ne se fasse qu’avec le consentement de l’intéressé, dans des conditions éclairées et par un hypnotiseur choisi.

LES DROGUES

Ces substances ont pour effet de modifier le psychisme.

Produits d’origine animale, chimique ou végétale, l’usage de drogues est responsable d’une diminution de la motricité, de la sensibilité et de la résistance aux infections, de troubles des fonctions intellectuelles du fait de son action sur le système nerveux central (blocage des récepteurs nerveux par la drogue), de confusion mentale, de délire, d’hallucinations, d’angoisse, de sentiment de panique, de tentative de suicide, d’un état de dépendance physique et psychologique.

L’hypervitaminose (absorption élevée de vitamines) engendre des insuffisances hépatiques et rénales, des troubles de la vigilance et l’apparition de signes de confusion mentale.

Ces toxiques présentés comme compléments alimentaires, potions magiques dans les rituels ou encore administrés à l’insu des individus, dissous dans la boisson, mélangés à la nourriture ou injectés à la racine des cheveux pendant une séance d’hypnose provoquent de multiples effets négatifs amoindrissant ainsi les défenses.

L’ALIMENTATION

Sous divers prétextes, " excès de poids " , " purification " , " élimination des toxines " , " soins de maladies chroniques " , l’alimentation est mise au banc des accusés.

Excuses pour installer des régimes dissociés ou hypocaloriques, des carences alimentaires, une sous-alimentation, des jeûnes qui, s’ils sont insuffisants seuls pour rendre un individu totalement malléable, provoquent un état confusionnel avec diminution de l’attention, perte de mémoire et déséquilibre du système nerveux et contribuent ainsi à l’affaiblissement et à une certaine marginalisation ou une marginalisation certaine lorsque les repas diffèrent trop de la " norme ".

" Une carence glucidique pendant quelques jours a pour conséquence une souffrance cérébrale et une baisse de la vigilance. Une carence protidique ou lipidique ou une alimentation hypocalorique prolongée, en diminuant le seuil de résistance physique, facilitera l’application des protocoles d’endoctrinement. " 9

LE REPOS, LE SOMMEIL

" Les études systématiques qui ont été conduites sur la privation de sommeil montrent de façon incontestable l’importance de celui-ci sur l’équilibre psychique…

La privation de sommeil n’est jamais présentée telle quelle : elle est intégrée à des rites. Les prétextes invoqués sont les offices religieux, la méditation à heures fixes, la prière, la position de la lune et des astres… On sait que la privation totale de sommeil pendant soixante-douze heures environ conduit à des troubles hallucinatoires ou délirants. Ceux-ci seront détournés par la secte coercitive et érigés au rang d’expérience mystique ou de signes d’une présence divine.

Plus subtile est la privation de sommeil répétitive, mais de courte durée. Réveiller l’adepte à plusieurs reprises durant la nuit afin de satisfaire à des rituels de prières ou autres conduit à interrompre les phases de sommeil paradoxal sans lesquelles le psychisme ne parvient pas à se reposer réellement. Des privations itératives de sommeil paradoxal, même si elles donnent l’impression de permettre la récupération physique et psychique, forment la genèse de troubles psychiques dont les plus bénins sont les états dépressifs et irritatifs et les plus graves des états dissociatifs évoluant à bas bruit.

Une troisième technique est celle des rituels nocturnes répétitifs et de longue durée. Même si la secte coercitive autorise l’adepte à dormir le jour pour " récupérer " , il est établi que ce type de pratique induit lui aussi des troubles psychologiques en modifiant les rythmes nycthéméraux de l’organisme, c’est-à-dire l’horloge biologique qui régit nos comportements de subsistance : nourriture, boisson, sommeil, excrétion.

Le caractère insidieux de ce traitement est renforcé par la certitude de l’adepte que ses troubles ne sont pas liés à cette pratique, du fait même qu’il est convaincu que les quelques heures de sommeil dont il dispose suffisent à son équilibre. En réalité, le cerveau synthétise au cours de l’éveil des somnifères naturels qui, sous l’influence de l’horloge biologique, déclenchent l’endormissement en fin de journée.

La privation de sommeil entraîne une accumulation des somnifères naturels qui peuvent être métabolisés en produits toxiques. " 9

LE TRAVAIL FORCÉ

La fatigue musculaire rend le sujet apte à la soumission et à l’obéissance.

" L’épuisement physique est une arme redoutable… Outre le fait que le travail forcé est une source de revenus pour la secte, son application systématique abaisse la vigilance, au même titre que la carence alimentaire qui y est souvent associée. " 9
"La triade travail/privation de sommeil/carence alimentaire est un instrument idéal pour rompre les résistances physiques et mentales d’un individu. " 9

L’ ISOLEMENT

Pour parvenir à contrôler un individu, les " échanges " avec l’extérieur doivent être réduits, triés et ne pas donner lieu au début d’une quelconque réflexion qui s’avèrerait dangereuse pour le conditionnement.

La télévision, les journaux, toutes sources " négatives " sont progressivement supprimés. Sous couvert de sémantique, d’employer les mots appropriés et de les utiliser avec leur véritable sens, un néo langage se met progressivement en place ainsi que la paranoïa. L’idée de persécution provoque la solidarité et la loyauté envers le manipulateur. Un rejet et une imperméabilité de toutes informations, suggestions et conseils extérieurs s’installent.

Les liens sociaux se distendent, les liens dans le groupe se renforcent. La structure familiale, les proches et les amis qui entraveraient le processus d’embrigadement sont remplacés par une " nouvelle famille " , une " vraie famille ", une " véritable famille " .

L’activité professionnelle du sujet peut représenter un obstacle au conditionnement ou aux objectifs du manipulateur.
L’abandon de son emploi ne se formulera pas de façon explicite mais sera présentée comme un " don " et une importante progression " spirituelle " , " communautaire " et " financière " dans la perspective de trouver ailleurs une meilleure source de revenus et une " occupation " plus gratifiante.

L’isolement sera alors complet.

    Sources :

    revenir au texte Revenir au paragraphe

    1. Pr Kurt Tepperwein , Techniques secrètes de l’hypnose,
      Éditions Godefroy ISBN : 2-87786-121-X.
    2. Magazine ELLE, décembre 1997, interview du Docteur Solano.
    3. Edmond Bernard (ancien avocat, Magistrat de l’ordre judiciaire retraité), L’Homme, ce robot
      http://membres.lycos.fr/edmondbernard/index .htm
    4. www.aph-metaphore.com.fr/
    5. www.arche-hypnose.com
    6. Marie Joly, L’emploi de techniques hypnotiques comme méthode de manipulation,
      http://PsyVig.com
    7. D. Dan Debeix, Docteur en psychologie clinique, hypnothérapeute, Exclusif, TF1
    8. Bernard Baudouin, L’hypnose,
      Éditions De Vecchi, ISBN : 2-7328-3456-4
    9. Jean-Marie Abgrall, La mécanique des sectes,
      Éditions Payot, ISBN 2-228-89505-9

Larousse Médical ISBN 2-03-510800-4