AIDE AUX VICTIMES 

L'attitude de l'entourage est prépondérante. Le comportement des intervenants médicaux, sociaux et judiciaires est également important pour permettre aux victimes de retrouver une place dans leur famille décriée et diabolisée par la secte et dans une société dénigrée et décrite comme satanique.

Il faut chasser tout sentiment de culpabilité.

Certaines sectes sont passées maîtres dans les prises de contact et dans la manipulation mentale car aucun individu sensé et lucide ne se laisserait volontairement réduire à l'esclavage physique et psychique.

Le cadre de vie peut être heureux et harmonieux. Les mouvements sectaires coercitifs savent créer une souffrance afin de pouvoir proposer à leurs victimes, par la suite, leur "aide" pour résoudre les problèmes dont ils sont à l'origine.

En général, le conditionnement a commencé depuis un moment lorsque les prémices d'une manipulation apparaissent aux proches.

Il faut toujours avoir à l'esprit que les victimes ne peuvent plus réfléchir correctement. Il est inutile de faire appel à leur logique.
Leurs sentiments et leurs émotions passés et présents sont "revus et corrigés" par la secte afin de provoquer l'isolement et la séparation environnementale nécessaires à la fabrication de ce disciple et à la construction de sa nouvelle famille, de sa "véritable famille" dans le groupe.

L'essentiel est de garder le contact.

Les argumentations contre la secte, sa doctrine ou son "gourou" n'ont pour effet que de provoquer le contraire du but recherché et accélérer la coupure.

La méconnaissance des procédés, des techniques de manipulation et du vocabulaire des sectes rend difficile voire impossible la communication entre les victimes et leurs proches.
Les reproches, les discours et les questions des victimes peuvent être blessants, injustes et pénibles à supporter pour l'entourage mais ils laissent transparaître la manipulation subie et informent sur la nature de la propagande sectaire.
L'écoute sans jugement est donc très importante. Elle peut maintenir une porte ouverte et faciliter le retour des victimes parmi les siens.

Lorsque celles-ci s'échappent d'un mouvement sectaire, certes, elles ont recommencé à analyser, mais ce n'est pas pour autant qu'elles sont totalement libérées.

La peur et la culpabilité, sentiments développés et amplifiés par la secte ne s'effacent pas immédiatement. "L'enseignement" ou plus exactement l'endoctrinement d'autant s'il est pratiqué sous l'effet de drogues et sous hypnose ne laisse que très peu de place aux souvenirs.
La lutte contre ce lavage de cerveau n'en sera que plus difficile et plus longue.

Pour retrouver ses forces physiques, psychologiques et sa personnalité, la victime doit rompre tout contact avec les membres du groupe, restaurer une alimentation équilibrée, se reposer, supprimer les rites destinés à perturber son sommeil, se libérer du fétiche délivré par la secte, recommencer à choisir ses vêtements, sa musique, etc.